La Balsamine

Un théâtre à l’état P.U.R.

Partagé. Utopique. Responsable.

en

Un projet éthique pour les 5 saisons à venir.

Une Balsa à la mine épurée, apurée, en purée, certains soirs et selon les menus. Pur jus, pur théâtre. En l’état.

Partagé, parce qu’ouvert sur le monde, prêt à recevoir l’autre dans sa diversité, dans sa complexité. En dialogue, car c’est la seule voie de l’apaisement.

Le seul chemin possible, c’est l’accessibilité à tous, même aux abeilles qui peuplent notre toit. La Balsa est un lieu qui change et grandit avec les artistes qui l’habitent, avec les publics qui la traversent. La Balsa mûrit et contamine par son esprit libertaire. Nous sommes une terre pour les langues étranges et réfléchissantes, un endroit où l’on peut se perdre et mieux se retrouver.

Utopique, quoi de plus logique. Le risque de voir, le risque de faire, le risque de dire et d’entendre, c’est ça l’utopie : offrir un développement à des œuvres singulières. Une scène de toutes les aventures. Un lieu qui risque car c’est vivre plus et il n’y a pas de risque sans l’humain qui le prend, qui le court. Des créations qui mettent en scène les narrations que notre époque fabrique. Des narrations fragmentaires, hybrides. Leur donner du temps, de l’espace.

Responsable, enfin. C’est une maison verte, qui tente par ses choix de respecter les hommes et la nature, de vivre dans un développement durable et d’investir ses moyens dans tout ce que la créativité a de plus riche. Hier, aujourd’hui et demain.

Équipe

Direction générale et artistique
Monica Gomes
Conseiller artistique
Fabien Dehasseler
Direction financière et administrative
Morgan Brunéa
Coordination générale, communication et accueil compagnies
Fanny Arvieu
Presse, promotion et relations publiques
Irène Polimeridis
Comédienne et romaniste - Médiation écoles et associations
Noemi Tiberghien
Metteur en scène et auteur - Artiste associée
Martine Wijckaert
Résidence artistique et administrative
Théâtre du Tilleul
Direction technique
Jef Philips
Régisseur
Rémy Urbain
Régisseur stagiaire
Brice Agnès
Responsable bar
Franck Crabbé
Photographe de plateau associé
Hichem Dahes
Designers graphique associés
Open Source Publishing
Artiste associée, visuels de la saison 17-18
Julie Kern Donck

Location des espaces

Située à quelques pas des institutions européennes, la Balsamine vous propose plusieurs de ses espaces intégrant une infrastructure technique et professionnelle ainsi qu’un bar convivial.

Séminaires, workshops, mariages, anniversaires, formations… Proposez-nous vos événements et nous vous conseillerons.


Plus d'infos

Partenaires

La Balsamine est subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles et fait partie du réseau des Scènes chorégraphiques de la Commission Communautaire française de la Région de Bruxelles-Capitale.

La Balsamine reçoit aussi le soutien de Wallonie-Bruxelles Théâtre/Danse et de Wallonie-Bruxelles International.

La Balsamine est signataire de la charte United Stages.

Pour exprimer haut et fort son soutien aux populations civiles en danger un peu partout dans le monde, victimes de violences ou de toute autre forme de mise en danger, de nombreux partenaires du secteur culturel belge ont créé une charte éthique et le label UNITED STAGES. Le but est de rassembler et d’utiliser les forces vives des arts vivants et du monde associatif ainsi que la proximité qu’ils entretiennent avec leurs publics pour initier des actions concrètes porteuses d’un changement positif pour leurs bénéficiaires. Diverses actions vont être mises en place, à la Balsamine, comme dans d’autres lieux.

Plus d’informations sur Facebook United Stages Belgium.

Une initiative de Action Sud CCR, Choux de Bruxelles, Globe Aroma, Kaaitheater, La Bellone, La Vénerie, La Tentation, Le boson, Les Midis de la poésie, MET-X, Passa Porta, Théâtre de l’Ancre, Théâtre la Balsamine, Théâtre Océan Nord, Théâtre Varia, Théâtre 140…

Historique

Le théâtre de la Balsamine est fondé par Martine Wijckaert en 1974. Il s’agit au départ d’une simple structure juridique, une asbl, permettant l’obtention de subsides à la création.

Le théâtre ainsi créé ne dispose d’aucun lieu ni forme de résidence au sein d’une autre structure existante. Il obtient cependant des subsides au coup par coup permettant la réalisation des premiers spectacles de Martine Wijckaert. Ces réalisations naissent d’un mode de nomadisme urbain: des sites à l’abandon deviennent autant de décors naturels sur lesquels les spectacles opèrent une intervention.

En 1981, le théâtre de la Balsamine s’installe de manière provisoirement définitive dans la friche des anciennes casernes Dailly.

historique 1

Ces casernes ont été abandonnées depuis plusieurs années et elles sont découvertes dans leur jus. Un impressionnant périmètre de bâtiments fin XIXe cerne un parc intérieur redevenu sauvage. Le site a toutes les vertus d’une cité de la fiction et cette qualité invite le théâtre à s’y installer.

Commence alors une période dite sauvage durant laquelle de très nombreux lieux seront investis pour leur valeur spatiale brute et où naîtront des spectacles sur mesure, comme autant d’interventions uniques et totalement éphémères sur l’architecture.

Théâtre, art plastique et musique se mêlent et rassemblent sur le site de nombreux artistes y trouvant résidence de travail et d’expérimentation.

Tout en dirigeant la Balsamine installée dans les casernes, Martine Wijckaert y poursuit son travail artistique propre.

L’activité va également se centraliser sur un lieu particulier de la caserne, baptisé « amphithéâtre » puis rapidement « amphi », en raison de ses caractéristiques architecturales : il s’agit en effet d’un ancien auditorium militaire, structuré en hémicycle.

historique 2

-

historique 3

-

Les premiers aménagements de l’amphi se feront selon la technique du recyclage absolu, le matériel nécessaire et encore utilisable étant démonté dans d’autres ailes de la caserne et remonté après transformation dans l’amphi.

En 1994, Martine Wijckaert confie la direction artistique du théâtre à Christian Machiels et y demeure en qualité d’artiste associée. Le théâtre actuel, d'un style contemporain ayant conservé toutefois la singularité de la salle primitive, date de 2001 et est l'œuvre de l'architecte Francis Metzger, pour laquelle il a reçu le 3e prix d’architecture à la biennale du Costa Rica. La programmation de Christian Machiels a été tout entière dévolue aux arts du spectacle et aux jeunes compagnies de théâtre et de danse contemporaine.

Archives site web