Jonathan Du Mortier

137 façons de mourir

Virginie Strub/Kirsh Cie

Création théâtre


Réserver

Un projet mortel pour réenchanter la vie.

Autopsier la mort, briser son tabou, l’analyser avec crudité et douceur, cruauté et amour, en explorer et exprimer les sensations indicibles et impalpables. 137 façons de mourir, une création atypique sur cette notion de passage d'un état à un autre. Une dissection précise et comptable, matière brute et brutale de ce kaléidoscope de tous types de morts : physiques, psychiques, intimes, sociales, professionnelles, humiliations, solitude, manque d’idéaux, de perspectives... Comment mourir, comment l’accepter, comment faire face à cette menace, comment y échapper ? Des questions existentielles sur la finitude des choses, sur la relative fragilité de nos vies éphémères.

137 façons de mourir est la forme complète de la création éponyme-face B représentée au Théâtre de la Vie en décembre 2019.

Nous proposons une représentation scolaire le 8 ocotobre à 14h.

Pour notre ouverture de saison, la représentation du 29 septembre sera suivie de l'I.M.M.E.N.S.E goûter. Un goûter tout en douceurs avec tous les artistes de la saison.

Avec
Viola Baroncelli, Alessandro de Pascale-Kriloff, Ingrid Heiderscheidt, Christophe Lambert, Virginie Strub et Viviane Thiébaud
Écriture et mise en scène
Virginie Strub
Assistanat à la mise en scène
Amandine Vandenheede
Création lumière
Renaud Ceulemans
Scénographie et costumes
Claire Farah
Scénographie et construction du décor
Christophe Wullus
Composition et régie son
Iannis Héaulme
Production déléguée
Théâtre la Balsamine
Coproduction
Kirsh Cie, Théâtre la Balsamine.
Soutiens
Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du théâtre, Théâtre Océan Nord et Zinneke asbl

La Kirsh Compagnie est une compagnie de théâtre pour adultes, fondée et dirigée par la metteuse en scène et plasticienne Virginie Strub, et aujourd'hui composée de huit comédiens, une circassienne et cinq artistes-techniciens issus du mélange de trois “générations” de collaborations fidèles. Dans un parti-pris radical où fonds et formes deviennent indissociables, la théâtralité de la Kirsh Compagnie élabore des "mécaniques fondamentales", dont les caractéristiques premières sont une approche quasi anthropologique de la matière, une écriture non-narrative en échelle de plans, ainsi qu'un traitement linguistique et poétique qui dissèque et distord le langage, le manie comme sujet et objet autant que vecteur. C'est avec des techniques de l'acteur spécifiques, élaborées au fil des ans, qu'elle explore et propose une théâtralité "en creux", composite, aux frontières de la danse et de la performance, et nouvellement nourrie de l'expérience du cirque contemporain.